Il existe plusieurs critères de choix spécifiques à prendre en compte pour bien choisir votre scanner :

  • Le mode de connexion
  • Le capteur
  • La résolution optique
  • Le taux d’échantillonnage
  • La vitesse de numérisation
  • Les logiciels d’accompagnement
  • Les formats de sortie
  • Le design

Le mode de connexion

La liaison entre le scanner et l’ordinateur se fait via diverses sortes d’interfaces. Celles-ci déterminent grandement la vitesse de transfert des images numérisées du scanner à l’ordinateur. Ainsi, selon les modèles, ça peut être un port SCSI, un port USB ou une interface FireWire. Les scanners à interface SCSI nécessitent une carte spécifique à installer sur le PC et sont plus destinés à un usage professionnel pointu.

Les modèles avec un port USB, quant à eux, sont mieux appropriés au grand public, avec une installation assez simple qui ne demande aucune carte à installer. L’interface USB 2.0 est notamment très répandue sur le marché et offre un meilleur rendement par rapport au port SCSI, tout comme le FireWire qui en théorie est aussi rapide que l’USB 2.0. Toutefois, dans la réalité il garantit un meilleur débit de numérisation et se prête mieux à la numérisation des grandes images en haute résolution.

D’autres modes de connexion sans fil existent également, avec notamment le Wifi ou le système de lecteur de carte mémoire, mais la qualité fournie est moins fameuse. Quel que soit le mode de connexion du scanner, il faut absolument s’assurer de sa compatibilité avec votre ordinateur, pour éviter d’acheter un adaptateur.

Le capteur

Chargé de convertir la lumière réfléchie par le document scanné en information RVB (Rouge-Vert-Bleu) grâce à une multitude de pixels, le capteur détermine en grande partie la précision et la fidélité de l’opération de scan. Les appareils que l’on trouve sur le marché ont soit des capteurs CCD (Charge-Coupled Devices) soit des capteurs CMOS. Les premiers sont plus recommandés pour la numérisation de photos en raison de l’excellente qualité d’image qu’ils produisent grâce à leur technologie de lampe à néon.

Les capteurs CMOS pour leur part utilisent l’éclairage LED et offrent des images moins précises et moins nettes que celles des capteurs CCD. Ils accompagnent la plupart du temps les scanners CIS (Contact Image Sensor), les plus compacts et les moins encombrants disponibles.

La résolution optique

Mesurée en dpi (dots per inch) ou en ppp (points par pouce), la résolution optique d’un scanner correspond au nombre de pixels que l’appareil est capable de détecter sur une parcelle de document. De ce fait, plus ce nombre est élevé, plus grandes seront vos chances d’avoir des scans nets, d’une qualité irréprochable. La plupart des scanners proposés ont une résolution de 600 x 1 200 ppp, qui est du reste très acceptable et permet de réaliser bon nombre de travaux de numérisation.

En effet, un grand nombre de pixels n’est pas toujours nécessaire pour avoir de bons scans. L’intérêt se fait surtout sentir lorsque vous souhaitez imprimer les images obtenues. De ce cas, il faudra prêter une attention particulière à la résolution offerte par votre scanner : une résolution de 600 x 1 200 ppp est plus destinée à l’impression en 4A, tandis que pour imprimer en 3A il est conseillé d’avoir une résolution plus importante de 1 200 x 2 400 ppp. Pour des négatifs, ça peut aller jusqu’à 4 800 ppp selon la taille d’impression finale souhaitée.

Le taux d’échantillonnage

Le taux d’échantillonnage d’un scanner renvoie à la palette de couleurs dont il dispose. Ainsi, avec un modèle de 24 bits on aura 16 millions de couleurs, tandis qu’un 48 bits peut disposer jusqu’à 281 475 milliards de couleurs. La majorité des scanners disposent de 48 bits et donc, offrent une assez bonne résolution des couleurs. Ce qu’il faut par contre vérifier à ce niveau, c’est l’uniformité de la profondeur de l’échantillonnage à l’entrée et à la sortie du scanner pour un meilleur rendu d’image.

La vitesse de numérisation

Comme expliqué plus haut, la vitesse de transfert des images numérisées du scanner à l’ordinateur dépend du mode de connexion utilisé. Cette vitesse, très importante pour garantir une bonne productivité, est indiquée de différentes façons, selon les modèles de scanners.

Pour certains, ça sera le nombre de secondes nécessaires pour numériser une page, exprimé en seconde par page (s/page), tandis que pour d’autres ce chiffre est calculé en nombre de pages numérisées par minute (ppm). Il s’agit d’un critère très important qui peut faire la différence entre 2 scanners offrant les mêmes fonctionnalités.

Les logiciels d’accompagnement

Pour garantir la lisibilité des images scannées, tous les scanners sont normalement dotés d’un package de logiciels, dont chaque composant a des fonctionnalités bien définies. On a généralement un logiciel de retouche pour rectifier les images, un logiciel de restauration des vieilles photos déchirées ou abimées, et qui permet d’enlever la poussière et les salissures, ainsi qu’un logiciel de reconnaissance des caractères ou OCR, qui permet d’obtenir à la place d’une image, un document texte exploitable, avec la possibilité de faire une recherche par mot-clé.

La plupart du temps ces logiciels sont fournis sous des versions incomplètes. Renseignez-vous toujours sur la version intégrée et sur la possibilité d’acheter ou de télécharger gratuitement une version plus complète.

Les formats de sortie

Les scanners produisent le plus souvent des fichiers  sous format d’image fixe, donc .jpeg ou .tiff. Mais en fonction de vos utilisations, vous aurez peut-être besoin de formats de sortie directement exploitables comme le PDF ou .doc. Si le scanner peut faire la conversion lui-même, ça serait le top.

Le design

Équipement généralement disposé sur un bureau, le poids et la taille du scanner sont très importants pour éviter l’encombrement. C’est un appareil qui peut parfaitement s’intégrer dans le décor de votre espace de travail, à condition d’avoir les bonnes dimensions. La marque Brother, par exemple, propose des scanners très compacts pesant moins de 600 g et qui de ce fait prennent très peu de place.

Lire la suite du guide d’achat : Les différents types de scanners

Retourner à la page principale du guide : Les meilleurs scanners en 2019